Accueil
Français English

Retour
Premières impressions de tournage

Après avoir été primé au festival du film indépendant de Londres en 2013 pour son reportage sur les émeutes de Totenham, le réalisateur Yannick Oho Bambe s'intérèsse maintenant à la crise humanitaire et des réfugiés afin de révéler leurs histoires et redonner un visage humain à la crise. Le tournage a débuté mi-novembre dans la jungle de Calais, l'occasion pour le réalisateur de revenir sur ces premières semaines de tournage.

 


Martin Courcier, Yannick Oho Bambe et Mathieu Käs à l'aire de jeu de Calais

Premières impressions après cette semaine intense vécue à Calais la semaine dernière.
Tout d'abord un immense merci à tous ceux et celles qui ont acceptés de participer à cette aventure depuis le début, comme dirait un grand poète que j'admire beaucoup, nous sommes à bord d'un navire qui ne sait pas où il va...
C'est grâce à votre soutien que nous continuons à avancer malgré les obstacles que nous pouvons trouver sur le chemin.

Un immense Merci aussi à nos partenaires officiels Solidarités International, le Salon des solidarités et le portail humanitaire, et à toute l'équipe de l'Ecole laïque du chemin des dunes pour l'accueil et pour nous avoir vraiment fait nous sentir comme à la maison.

Ensuite l'objectif le plus important de ce projet depuis le début a toujours été de rendre un peu plus de dignité et d'humanité à ces populations vulnérables de Calais et des autres camps de réfugiés dans le monde. Au vu des première images que nous avons prises à Calais la semaine dernière, nous sommes convaincus que ce film une fois terminé répondra très bien à cette objectif.

Finalement ces moments de tournage à Calais la semaine dernière nous ont poussés vers une réflexion sur le type de sociétés que nous choisirons d'offrir aux futures générations. (Est ce que nous choisirons de les laisser grandir dans le monde tel qu'il est aujourd'hui trop souvent complètement dénuées d'humanité ou sommes nous prêts en tant qu'individus à faire le pari de construire d' autres types de sociétés dans lesquelles les individus seraient plus humains et solidaires entre eux et sauraient tout juste vivre et être ensemble).

Cette dernière réflexion constitura un peu le fil rouge du film et nous espèrons pouvoir réussir à pousser toutes les audiences du film à y réflechir après l'avoir vu.

 

L'aventure continue et nous vous tenons tous informés.

Merci

Yannick Oho Bambe

Partenaires financiers

Partenaires