Les banques disposent de beaucoup de réserves financières. La loi leur permet donc de proposer des crédits aux particuliers et aux entreprises, l’objectif étant de les aider à concrétiser leurs projets. Des taux d’intérêt sont bien évidemment appliqués aux montants prêtés. Les conditions de prêts varient également en fonction de la banque sollicitée. Pour bénéficier d’un prêt, les clients des banques ont la possibilité de recourir aux services des courtiers. L’étape de la négociation est très cruciale, car elle permet d’obtenir des conditions d’octroi de prêt plus favorables. Voici quelques critères à prendre en compte pour bien appréhender cette étape.

Crédits bancaires : les motivations

Avant d’aborder cette question, il faut comprendre quel est le rôle d’une banque. Il s’agit d’une entreprise qui a pour vocation de financer le développement d’une région, d’un pays en permettant la création d’un tissu économique à travers sa communauté. C’est pour cette raison qu’elle propose des crédits à l’intention des entreprises et des particuliers. Ces deux catégories sont considérées comme les vecteurs de développement d’une nation. Mais il faut garder à l’esprit qu’en tant qu’entreprise, la banque espère et doit d’ailleurs, pour pouvoir être viable, réaliser des profits. Aucune intention philanthropique ne se cache donc derrière les crédits bancaires. Chaque partie cherche à tirer le drap de son côté. C’est pourquoi il est conseillé de réaliser des simulations avant de conclure un contrat avec un organisme de crédit. Comment procéder ? Vous aurez plus d’informations sur Prêt crédit à ce propos.

Pourquoi emprunter ?

Bien sûr, l’idéal serait de financer soi-même ses propres projets. Cela vous empêchera certainement de supporter les taux d’intérêt liés à cette opération. Mais ceci ressemble plus à une vue d’esprit qu’à la réalité, car la plupart des gens ne disposent pas des liquidités nécessaires. Les prêts bancaires ont donc des avantages certains pour l’emprunteur.

  • Lancer une entreprise

Le contexte économique actuel ne permet pas de lever assez rapidement des fonds pour démarrer une activité. Les aides familiales et autres subventions publiques sont presque insignifiantes pour se constituer une trésorerie suffisante. Or les banques proposent des crédits à des taux intéressants, qui peuvent atteindre des montants conséquents et qui sont surtout immédiatement disponibles.

  • Développement d’entreprise

De nombreuses entreprises côtoient la banqueroute. Malgré toutes leurs expériences, elles sont frappées de pleins fouets par la morosité économique. Une diversification d’activité ou l’amélioration de leur outil de production peut leur donner un nouveau souffle. Dans ce cas, elles auront besoin d’un crédit bancaire. Cette somme pourra leur permettra de reprendre une société, d’investir dans le capital d’une autre firme plus prospère ou de relancer leur propre production dans de meilleures conditions.

  • Payer les actionnaires

Il n’était pas concevable de s’endetter pour verser des dividendes aux actionnaires d’une société. Les mentalités ont pourtant bien évolué. Des entreprises font désormais recours aux prêts bancaires pour intéresser les investisseurs. Cela leur permet de réserver leur trésorerie à des fins plus utiles.

  • Des offres flexibles

La particularité des crédits bancaires est qu’ils s’étalent dans le temps. Le client dispose d’un délai raisonnable pour rentabiliser son affaire. Il pourra ensuite s’en servir pour rembourser ses crédits. Du coup, il ressent moins le poids de la dette. Il existe en plus des possibilités de renégocier ou de racheter un crédit en cas de difficultés de remboursement. Par contre, vous pourrez aussi rembourser par anticipation votre crédit si vous disposez d’une rentrée d’argent imprévue.

  • Acquérir un bien normalement inaccessible

Il n’ya pas que les entreprises qui profitent des crédits bancaires. Les particuliers le font aussi. Un crédit à la consommation leur permet de pouvoir élever leur niveau de vie en se procurant des biens mobiliers.  D’autres types de crédits sont particulièrement réservés à l’acquisition d’une voiture ou d’une maison leur permettant ainsi de réaliser rapidement leurs rêves.

En contrepartie de tous ces avantages, il est important de montrer patte blanche à votre banquier. Il est primordial de savoir comment le séduire et le convaincre de votre solvabilité. Vous devez aussi tout faire pour obtenir les meilleures conditions possible, ce qui veut dire que vous ne devez pas hésiter à négocier votre prêt bancaire. Voici quelques idées pour vous en sortir.

Attention à votre taux d’endettement

Quel que soit le bien-fondé de votre projet, votre banque vérifiera votre taux d’endettement. C’est un critère essentiel qui déterminera si votre demande de prêt peut aboutir ou pas. Il détermine en réalité votre niveau de solvabilité. En France, il est limité à 33 % de vos revenus. Si vous vous retrouvez dans cette catégorie, vous pourrez obtenir un prêt, sinon votre banque refusera de vous prêter de l’argent afin de vous éviter une situation de surendettement.

Faites valoir la concurrence

Il n’est pas prudent de vous limiter à une seule offre pour vous décider. N’oubliez pas que presque toutes les banques sont ouvertes à des emprunts. N’oubliez pas qu’elles gagnent de l’argent en vous en prêtant. Chacune d’elles cherche donc à se montrer la plus intéressante aux yeux des clients. Profitez donc de cette concurrence pour obtenir le meilleur taux de crédit possible. Une fois en possession de toutes les offres, vous pouvez enfin négocier. Faites surtout connaitre aux banques les moins intéressantes les propositions plus avantageuses de la concurrence. Cela pourrait infléchir quelque peu leur position initiale. Si vous avez un patrimoine conséquent, faites-le savoir. Votre banquier aura ainsi l’assurance de ne pas prendre de risque en vous prêtant de l’argent.

Ces techniques permettent surtout d’obtenir un taux d’intérêt le plus bas possible. N’hésitez pas, avant de vous décider, à avoir une vue panoramique de toutes les offres disponibles sur le marché. Dans ce cas, la meilleure solution consiste à solliciter des courtiers. Vous pouvez éventuellement, par ce moyen, éviter d’avoir à payer les frais de dossiers souvent exigés par les banques même si toutes les institutions bancaires ne le demandent pas.

Négocier les options

Les crédits immobiliers sont exceptionnellement modulables. C’est un avantage qui joue en faveur de l’emprunteur et il ne faut pas hésiter à s’en servir. Lors de la négociation, intéressez-vous aux clauses du contrat. Certaines options peuvent être modifiées en votre faveur sur votre demande. Exigez l’introduction d’une possibilité de report d’échéance dans votre contrat. C’est une approche prudente qui vous permet de prévoir d’éventuelles difficultés de remboursement. Ce procédé consiste à rééchelonner le remboursement pour une période de 12 mois au plus. Plusieurs personnes ont d’ailleurs formulé le report des mensualités pendant la période de confinement liée au Covid19. Cela n’abaisse pas le coût du crédit, mais il permet tout au moins à l’emprunteur de souffler un peu. Les transferts de prêts sont également possibles. Ils permettent au demandeur de faire financer un autre projet par le même crédit bancaire. Ce transfert se justifie par le taux d’intérêt bas du crédit initial.

Refuser les pénalités pour remboursement anticipé

La plupart des contrats de prêt se rejoignent sur un point. Ils instituent des majorations au cas où le client solliciterait un remboursement anticipé. Les banques considèrent cette demande comme un manque à gagner pour elles. Ces indemnités équivalent souvent à 3 % du montant restant à rembourser. Dans tous les cas, elles ne peuvent dépasser 6 mois d’intérêt à percevoir en cas normal. Si vous ne revenez pas sur cette clause, votre banque l’appliquera au moment opportun. Vous pouvez donc négocier sa suppression avant que le contrat ne soit conclu.

Évitez les hypothèques

Vous avez une maison et désirez la mettre en hypothèque pour un prêt bancaire. Cette option n’est certainement pas la meilleure. Elle est certes la plus facile, mais elle vous reviendra plus cher. Les formalités chez le notaire peuvent coûter jusqu’à 7 % du montant du prêt. Si vous en avez la possibilité, vous pouvez par contre opter pour une caution bancaire. De nombreuses entreprises sont disposées à vous l’offrir moyennant une commission. Elle ne peut dépasser 3 % du montant total de la somme empruntée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here