Si en France, le papier hygiénique est très utilisé dans les toilettes, ce n’est pas toujours le cas ailleurs. En effet, dans les pays comme le Japon, le nettoyage anal se fait avec un jet d’eau dont le système est implanté dans le dispositif des WC.

Alors que cette technique a été longtemps désapprouvée par les Français, elle retrouve désormais toute sa lettre de noblesse. En réalité, le mérite revient à la marque BOKU qui expose de façon succincte les avantages liés à ce type de toilette. Pour en savoir davantage, lisez cet article.

Une option plus hygiénique

Contrairement aux toilettes françaises qui préconisent l’utilisation du papier, les WC japonais s’emploient avec de l’eau. Et c’est justement sur ce détail que se trouve tout l’avantage hygiénique de ce type de toilette. A l’inverse du papier qui laisse des résidus de selles entre les fesses, l’eau vous débarrasse de toute particule d’excrément.

Pour imiter le concept, BOKU a alors décidé d’apporter une touche particulière au modèle des toilettes classiques français. Pour ce faire, il introduit une forme de bidet dans le fonctionnement des WC.

Celui-ci porte en effet un bouton fait de bambou, qui déclenche un jet d’eau lorsqu’il est pivoté. Selon qu’il soit dirigé à droite puis à gauche, ce bouton permet de nettoyer respectivement les parties anale et vulvaire.   

Ce faisant, les toilettes japonaises BOKU vous épargnent des infections anales, et urinaires (notamment chez la femme). Et parce qu’elles s’utilisent avec un jet d’eau froid, elles seraient également efficaces pour réduire les risques d’hémorroïde.

Un choix plus écologique

Selon une étude, la production d’un rouleau de papier toilette nécessiterait :

  • l’usage d’une forte quantité d’eau (178 litres) ;
  • une transformation des feuilles végétales recueillies dans la nature ;
  • l’usage de machines industrielles occasionnant une pollution atmosphérique.

En somme, on estime à près de 15 % la déforestation due à la fabrication du papier hygiénique. Or un Européen utilise en moyenne 120 rouleaux de ce nettoyant à l’échelle annuelle. Par ailleurs, le fonctionnement des machines de production est à la base d’un déversement important des gaz à effet de serre dans l’environnement.

Au regard de tous ses faits, il faut admettre que l’usage du papier au WC constitue une catastrophe écologique. En revanche, dans une toilette japonaise à la française, un jet d’eau de 60 cl suffirait amplement à faire le nettoyage anal. De plus, le système est activé de façon manuelle, et non avec une puissance électrique.

Selon les statistiques prévisionnelles, les toilettes BOKU permettraient de faire un bénéfice annuel de 17 088 litres d’eau sur chaque français. Cerise sur le gâteau, la marque promet la plantation d’un arbre par toilette BOKU achetée.

Un avantage économique

Puisqu’il ne sera plus nécessaire de s’approvisionner en papier hygiénique, il devient possible de faire plus d’économie. En pratique, l’utilisation du papier hygiénique est réduite de 89 %, ce qui équivaut à des milliers d’euros amassés. Il importe également de préciser que le coût d’acquisition de ce type de toilette est relativement bas, donc à la portée de tous.

Grâce aux nombreux avantages qu’il présente, le projet BOKU a pu facilement trouver un financement après son lancement sur la plateforme ULULE. Parti pour financer la production de 50 toilettes, la marque totalise déjà des milliers de commande.