Longtemps interdit à la commercialisation, le cannabidiol (CBD) a fini par devenir l’un des produits les mieux vendus et les plus appréciés en France. Produits aux multiples bienfaits, il est, avec THC, le composant le plus connu du cannabis. Toutefois, le cannabidiol n’est pas la seule substance bienfaisante du chanvre. Récemment, le CBG s’est lui aussi révélé comme une solution favorable au bien-être. Découvrons ensemble cette substance et ses différences avec le CBD.           

Qu’est-ce que le CBG ?  


Beaucoup pensent à tort que le THC et le cannabidiol sont les deux seuls composés chimiques du chanvre. En réalité, le cannabis contient 120 cannabinoïdes sans oublier les terpènes, les flavonoïdes et autres. Parmi ces cannabinoïdes, le THC (psychotrope) et le CBD sont les plus populaires. Mais le CBG pourrait devenir la prochaine révélation.

Le CBG (acronyme de cannabigérol) est, en effet, un cannabinoïde non psychotrope provenant du CBGA, une substance acide du chanvre. Pendant la croissance du plant, la majeure partie du CBGA se transforme de manière progressive en THCA et en CBDA (les bases respectives du THC et du CBD). À la fin du processus, il ne reste qu’une infime quantité de CBGA. Le taux de CBG après la récolte se retrouve ainsi en dessous de 1 %. C’est pour cette raison qu’il n’est pas assez connu, car n’étant quasiment pas extrait.

Néanmoins, les récentes recherches sur la substance ont démontré son potentiel pharmaceutique. De quoi le hisser au même rang que le CBD !  

Les différences entre CBG et CBD

Provenant de la même plante, le CBG et le CBD sont différents sur quelques points. Pour commencer, les deux molécules n’ont pas un taux de concentration chimique proportionnelle et leur structure moléculaire est évidemment différente. Comme expliqué tantôt, le CBG est disponible en faible quantité dans un plant de cannabis. Tout le contraire du CBD.

Secundo, le CBD et le CBG ne fonctionnent pas de la même façon dans l’organisme. D’après les recherches, le CBG, contrairement au CBD, agirait plus efficacement sur les récepteurs cannabinoïdes. Résultat, les actions du CBD sur ces derniers sont issues d’un processus indirect tandis que le CBG interagit directement avec les récepteurs CB1 et CB2 du cerveau pour produire des effets thérapeutiques encore plus efficaces.

Les avantages du CBG

Grâce à cette harmonie très marquée avec les récepteurs CB1 et CB2, le CBG procure beaucoup de bienfaits. Selon les recherches scientifiques, le CBG serait efficace contre les glaucomes. En effet, des études préliminaires ont conclu que le traitement au CBG associé aux médicaments prescrits augmenterait les chances de guérir d’un glaucome.

Grâce à ses vertus bactéricides, le CBG aurait également la capacité de lutter contre les staphylocoques de type SARM. Résistant à la méticilline, le SARM serait vulnérable au CBG selon une étude menée en 2008.

Et ce n’est pas tout ! Grâce à ses propriétés neuroprotectrices, le CBG pourrait lutter contre la maladie de Huntingdon et bien d’autres encore.

Cependant, il convient de rappeler que les recherches concernant le CBG sont rares, mais vraiment prometteuses.              

Comment consommer le CBG ?  

Comme pour le CBD, il existe plusieurs manières de consommer le CBG. Toutefois, c’est la consommation sous forme d’huile qui est la plus connue. Cliquez sur ce lien pour tout comprendre en vidéo. Bien sûr, il existe aussi des :

  • Capsules CBG ;
  • Sirops CBG ;
  • Bonbons CBG ;
  • Etc.